POLICE À RABAIS - ST-JÉRÔME

Bienvenue sur la page d’information officielle de l’Association des policiers et policières de St-Jérôme. 

Nous avons créé cette page dans le but de vous donner un aperçu du travail des policiers de St-Jérôme. Nous sommes présentement en négociation pour le renouvellement de notre convention collective échue depuis le 31 décembre 2016.  Nous expliquons très mal le fait que la ville trouve normal que nous soyons les moins bien rémunérés globalement alors que nous sommes parmi les corps de police les plus occupés au Québec.

Outre la négociation sur les conditions salariales, nous demandons à la municipalité de régler la problématique des policiers temporaires. Actuellement, il y a 40 % plus de policiers temporaires qu’au cours des 20 dernières années.  Cette situation est inquiétante pour nous, puisque la Ville préfère avoir recours à du “cheap labor” plutôt que d’embaucher des policiers de façon permanente en leur offrant des conditions de travail respectable.  Par exemple,  il y a présentement des policiers qui ont accumulé  plus de 6 ans de travail à temps plein continu, sans possibilité de prendre des vacances et qui ont toujours le statut de temporaires.

La population de St-Jérôme est toujours en croissance. En 2011 la ville comptait 68 097 citoyens alors que nous en comptons 75 812 en 2017.  St-Jérôme étant une ville centre, un nombre impressionnant de gens la fréquente même s’ils ne l’habitent pas. On y retrouve entre autre une prison provincial, un centre hospitalier avec une aile psychiatrique, 2 centres de réinsertion sociale  dont un pour les délinquants sexuels, un palais de justice, cinq écoles secondaire, un cégep, une université, environ 3 000 commerces dont deux centres commerciaux, etc…

Quand un appel est logé au service de police, les répartiteurs et répartitrices sont les premiers intervenants à aider le citoyen. En 2015, ces derniers ont reçu 31 869 appels 9-1-1.  De ce nombre, 24 736 appels ont nécessité l’intervention des policiers.


Quelques statistiques

Voici donc quelques chiffres afin de vous donner une idée du genre et du nombre d’appels qui font de la ville de St-Jérôme un endroit aussi criminalisé. Nous intervenons donc annuellement dans:

  • 1 211 crimes contre la personne, dont :
    • 536  plaintes de voie de fait
    • 184 crimes à caractère sexuel
    • 65 plaintes d’harcèlements criminels
    • 228 plaintes de menaces
    • 40 plaintes de vols qualifiés/extorsion
    • De tous les crimes contre la personne, 158 ont lieu dans un contexte conjugal
       
  • 2 655 crimes contre la propriété, dont :
    • 21 incendies criminels
    • 409 introductions par effraction
    • 144 vols de véhicules
    • 31 vols de plus de 5 000$
    • 867 vols de moins de 5 000$
    • 204 recels et fraudes
    • 382 méfaits
       
  • 1 369 événements en lien avec la sécurité routière, dont :             
    • 268 accidents avec blessés
    • 408 accidents matériels avec dommages de plus de 2 000$
    • 693 délits de fuite
       
  • 87 causes de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool ou la drogue
  • 12 215 constats d’infraction (sécurité routière, règlements municipaux, etc…)
  • 137 inscriptions au centre québécois d’enregistrement des délinquants sexuels cette année en date du 19 octobre dont 54 nouveaux résidents de St-Jérôme.
  • environ 500 informations du public concernant le trafic de stupéfiants (trafic dans les rues, aux abords des écoles, des parcs, etc…)

Il va sans dire que pour réussir à fournir un service de qualité aux citoyens avec les chiffres présentés ci-haut, il faut que la ville de St-Jérôme nous fournisse les ressources nécessaires. Hors, comment se fait-il que l’employeur soit capable de dégager rapidement plus de 1 million de dollars pour tenter de poursuivre des bandits à cravates avec la création du bureau de l’intégrité professionnelle et administrative alors qu’il ne veut rien donner au service de police qui assure la sécurité de la ville sur une base quotidienne. Le BIPA se veut une démarche très noble mais la ville n’a tout simplement pas les moyens de ses ambitions. Elle veut se bâtir une crédibilité de capitale régionale en mettant de l’argent dans le pavé uni mais oublie d’investir dans ses fondations.

En agissant de la sorte, l’administration de la ville compromet la sécurité de ses citoyens en faisant de sa police une POLICE À RABAIS!


Enfin, loin de nous l’idée de demander à avoir les meilleures conditions de travail de la province. Nos démarches visent seulement à être traitées à notre juste valeur considérant nos efforts constants des dernières années à toujours tenter de faire plus pour le citoyen sans pour autant se faire donner les moyens pour y parvenir.

L’Association des policiers et policières de St-Jérôme tient à préciser qu’en aucun temps les citoyens ne seront pris en otage par nos moyens de sensibilisation.

Nous sommes simplement d’avis que les citoyens se doivent d’avoir tous les faits en main quand leur sécurité passe inévitablement par les conditions de travail de ceux qui l’assurent.


Mauvaise gestion 

En 2009, le service de police de St-Jérôme a mis en place un projet portant sur le crime initié. Il s’agissait d’un groupe d’agents et d’enquêteurs ayant pour mission d’enquêter sur différents types de crimes comme les introductions par effraction dans les résidences ou les cabanons en plus de monter des dossiers à partir d’informations du public sur, par exemple, le trafic de stupéfiant et la possession d’arme. De plus, ils avaient à assurer le suivi des libérations conditionnelles, des brocanteurs ainsi que faire des inspections dans les établissements soumis aux règlements de la régie des alcools, des courses et des jeux. Il y avait à ce moment un besoin évident de ressources à ce niveau.

Après 8 ans, le service de police a su démontrer l’efficacité du projet. Perquisitions, saisies, mises en accusation… les résultats parlent d’eux-mêmes. Autant la direction du service de police que l’association des policiers s’entendent sur la nécessité du travail de ces policiers. Étant toujours un projet, les policiers qui prennent part à ce travail sont remplacés à la gendarmerie par des temporaires comme expliqué plus tôt sur la page.

 Voici donc une idée du travail fait par ces policiers en matière de stupéfiants pour la période de janvier à octobre 2017 :

  • 35 perquisitions
  • 46 personnes accusées
  • 125 chefs d’accusation
  • 24 000$ saisis
  • 2 véhicules automobiles saisis à titre de biens infractionnels
  • 141 grammes de cocaïne
  • 81 grammes de crack
  • 8920 grammes de marijuana
  • 486 grammes de haschisch
  • 1250 plants de marijuana
  • 3700 comprimés de speed
  • 2 litres de ghb
  • 310 cartons de cigarettes illégales

Toutes ces saisies pour une valeur totale de 1 490 000$. Ce résumé n’inclut pas les arrestations faites pour d’autres types de crimes tels les introductions par effraction, les méfaits, les bris de conditions et autres…

Pour ce qui est du travail effectué en chiffres pour la période d’octobre à aujourd’hui:

  • 0 perquisition
  • 0 personne accusée
  • 0 chef d’accusation
  • 0$ saisi
  • 0 véhicule automobile saisi à titre de bien infractionnel
  • 0 gramme de cocaïne
  • 0 gramme de crack
  • 0 gramme de marijuana
  • 0 gramme de haschisch
  • 0 plant de marijuana
  • 0 comprimé de speed
  • 0 litre de ghb
  • 0 carton de cigarette illégale

Ces derniers résultats sont très facilement explicables, la ville de St-Jérôme ne voulant pas mettre les ressources nécessaires afin de passer d’un projet à une escouade permanente, il a donc pris fin. Il est important que la ville comprenne qu’en matière de police et de sécurité des citoyens, il n’y a plus de place pour les compromis.

Avec la ville qui continue à ne pas avoir les moyens de ses ambitions, nous nous voyons dans l’obligation en tant qu’association de lui offrir la police à rabais qu’elle désire. Couvrant ainsi les services policiers de base alors que la ville de St-Jérôme a besoin de tellement plus!


Revue de presse

Voici quelques articles à lire et à écouter!

 

Merci de nous lire!

L’Association des policiers et policières de St-Jérôme

Derniers développements

La mairesse Michaud refilera la facture de son obstination aux générations futures

15 septembre 2016

La Fraternité des policiers de Châteauguay, de même que la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ), déplorent vigoureusement l’approbation gouvernementale du règlement autorisant la création du corps de police de la Ville de Mercier. 

Lire la suite

Les policiers municipaux rappellent la mairesse Lise Michaud à l’ordre et exigent un référendum

13 mai 2015

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers de Châteauguay (FPC) rappellent la mairesse de la Ville de Mercier, Lise Michaud, à l’ordre concernant les coûts d’un service de police local et exigent un référendum sur la question.

Lire la suite

Les policiers de Châteauguay font appel à la Commission d’accès à l’information du Québec

30 avril 2015

La Fraternité des policiers de Châteauguay fait appel à la Commission d’accès à l’information du Québec pour que la Ville de Mercier rende publique l’étude de faisabilité, réalisée par la firme TRAK, concernant la possibilité de créer un corps de police municipale local. 

Lire la suite

Les policiers de Châteauguay dénoncent les dépenses faramineuses de la Ville et exigent un référendum

29 avril 2015

La Fraternité des policiers de Châteauguay déplore que l’administration municipale de Mercier, actuellement desservie par le service de police de Châteauguay, ait déjà engendré des dépenses faramineuses afin de mettre la table pour le démantèlement du service de police actuellement en vigueur. Du même coup, la Fraternité appelle les élus à la raison et demande de mettre un frein aux dépenses publiques injustifiées jusqu’à la tenue d’un référendum sur la question.

Lire la suite

Création d'un corps de police municipal à Mercier - Résumé de la situation par la FPMQ

24 avril 2015

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec s'oppose au projet de l'administration municipale de Mercier de créer un corps de police local

700 personnes en faveur d’une police autonome

21 avril 2015

Deux citoyens de Mercier ont récolté plus de 700 signatures dans une pétition appuyant le projet du conseil municipal de créer son propre corps policier. Sept personnes ont refusé de la signer, ont confirmé hier les initiateurs lorsque TC Media les a rencontrés.

Lire la suite

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec appelle l’administration de Mercier à faire preuve de davantage de transparence dans le dossier

15 avril 2015

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) appelle la municipalité de Mercier à faire preuve de davantage de transparence dans le dossier de la création d’un nouveau corps de police municipal à Mercier. 

Lire la suite

Conférence de presse - 2 avril 2015

14 avril 2015

Conférence de presse de François Lemay, président de la Fraternité des policiers de Châteauguay.

Conférence de presse - 2 avril 2015 - Période de questions

14 avril 2015

Période de questions de la conférence de François Lemay, président de la Fraternité des policiers de Châteauguay.

Nouvelles TVSO : Conférence de la fraternité des policiers

8 avril 2015

Extrait de la conférence de presse de François Lemay, président de la Fraternité des policiers de Châteauguay.

L'ancien maire fait campagne contre le projet de police

8 avril 2015

L'ancien maire de Mercier Jacques Lambert a décidé de s'impliquer dans le débat entourant la création d'un service de police autonome dans la municipalité en distribuant des tracts affirmant son opposition au projet.

Lire la suite

80% des citoyens de Mercier souhaitent un référendum sur la possibilité de créer un corps de police municipale local

2 avril 2015

La Fraternité des policiers de Châteauguay, qui dessert actuellement la municipalité de Mercier, a présenté aujourd’hui un sondage de la firme Léger révélant que 80% des citoyens de la municipalité soutiennent la proposition de la Fraternité de tenir un référendum sur la création d’un corps de police municipale local.

Lire la suite

80% des citoyens de Mercier en faveur d’un vote

2 avril 2015

Les 26 et 27 mars dernier, les résidents de Mercier étaient invités à participer à un sondage téléphonique commandé par la Fraternité des policiers de Châteauguay au sujet d’un éventuel référendum sur la création d’un service de police indépendant pour la municipalité de Mercier.

Article complet :  http://www.1019fm.net/new/?p=6180

Lire la suite

Nouvelles TVSO: La fraternité des policiers

1 avril 2015

Entrevue avec François Lemay, président de la Fraternité des policiers de Châteauguay.