Sécurité privée

 

En août 2020, la ministre de la Sécurité publique s’est dite ouverte à faire une plus grande place à la sécurité privée. L’objectif avoué de cette idée est de diminuer le coût de la police au Québec. Selon nous, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Nous avons la chance d’avoir des services policiers professionnels à l’abri d’influences externes. De plus, des mécanismes ont été mis en place afin d’assurer et de maintenir la confiance du public face à l’institution. Il y a bien longtemps que nous avons fait le choix au Québec d’une police professionnelle qui exerce dans le respect des lois et des individus. Nous craignons qu’une trop grande ouverture au secteur privé nous fasse revenir en arrière, alors qu’il faut plutôt travailler à aller de l’avant.

 

Nous croyons que l'apport des civils aux corps policiers est important, surtout dans certains domaines spécialisés, mais les civils doivent venir effectuer le travail des policiers, pas les remplacer. Ainsi, nous croyons que les civils, des travailleurs sociaux par exemple, peuvent aider à améliorer les interventions en santé mentale ou auprès des victimes de violences à caractère sexuel, mais ils ne doivent pas prendre la place d’un policier. La raison est toute simple : les policiers ont des responsabilités et des obligations prévues à la LP que les civils n’ont pas.

De plus, contrairement aux civils, les policiers sont liés par un Code de déontologie ce qui garantit une protection supplémentaire pour le public afin d’éviter tout abus. Nous avons vu au cours des dernières années des situations où des agents de sécurité à l’emploi d’entreprises privées ont dû utiliser la force et les résultats ont été chaque fois désolants. Pensons aux événements du Palais de justice de Maniwaki où un policier n’a pas eu le choix de faire feu sur un jeune pour le maîtriser, alors que deux agents de sécurité observaient la scène sans intervenir. Ou encore à la récente bagarre au conseil de Ville de Sainte-Adèle après que la mairesse ait expulsé un conseiller et que l’agent de sécurité en place n’a pas été capable de gérer la situation.

La formation des policiers québécois est complète et les prépare à intervenir dans toutes sortes de situations, ce qu’aucune formation d’agent de sécurité ne garantit. Contrairement aux policiers québécois qui passent près de 3 ans et demi sur les bancs d’école à apprendre leur métier, la formation d’un agent de sécurité est très courte. Selon le domaine dans lequel il œuvre, un agent de sécurité peut avoir reçu une formation allant de quelques semaines à quelques mois s’il a fait une Attestation d’étude collégiale.

En ce sens, nous ne croyons pas qu’il serait nécessairement avisé de faire une plus grande place à la sécurité privée, chaque projet devrait être analysé au cas par cas afin de s’assurer que la sécurité du public ne sera pas compromise.

Actualités

La FPMQ et la FPPM demandent à être reconnues comme parties intéressées dans le cadre des procédures judiciaires présentement en cours entre la Ville de Québec et la FPPVQ

19 juillet 2021

Québec, le 19 juillet 2021- C’est dans le cadre des procédures entreprises par la Ville de Québec le 4 juin dernier, lesquelles visent à obtenir une injonction interlocutoire et permanente contre la Fraternité des Policiers et Policières de la Ville de Québec ainsi que sa présidente, et dont le but ultime est de venir retirer tout moyen de dénoncer les situations problématiques, que plusieurs associations syndicales sont venues témoigner leur appui dans ce dossier, notamment la Fédération des Policiers Municipaux du Québec  (FPMQ) ainsi que la Fraternité des Policiers et Policières de Montréal (FPPM).

Lire la suite

Semaine de la police 2021

10 mai 2021

9 au 15 mai, partout au Québec

9 au 15 mai

Lire la suite

Lettre ouverte du président de la FPMQ dans le cadre de la semaine nationale de la santé mentale

6 mai 2021

Cette semaine est non seulement la semaine nationale de la santé mentale, mais aussi la semaine nord-américaine de la santé et de la sécurité au travail. C’est dans ce contexte que comme président de la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ), je prends la parole sur l’importance, pour le gouvernement actuel, de venir rapidement et concrètement poser des actions afin de prioriser la santé mentale de nos policiers et policières, de surcroît en ces temps plus difficiles où les tâches de nos membres ne cessent d’être accrues pour la sécurité et le bien-être de tous et toutes.

Lire la suite