Actualités Levée de boucliers à la FPMQ

Publiée le 6 mai 2015

Le 21 avril dernier, la FPMQ annonçait qu’elle met tout en œuvre pour atténuer l’application de la Loi sur les régimes de retraite. En conférence de presse, le vice-président exécutif de la FPMQ, M. Paulin Aubé, accompagné de l’avocat de la Fédération, Me Guy Bélanger, et de l’actuaire Pierre Bergeron,, annonçait l’intention de la Fédération de créer son propre régime de retraite, géré par les représentants policiers. Du même souffle, la FPMQ déposait sa requête juridique contre la Loi 15 sur les régimes de retraite des employés municipaux.

Aux yeux de la FPMQ, la création d’un régime de retraite géré par les travailleurs plutôt que par l’employeur est une solution originale pour atténuer les effets de la Loi 15. En effet, depuis le début du débat sur les régimes de retraite, l’argumentaire des municipalités se fondait sur l’impression qu’elles assumaient l’entièreté des risques. En créant un régime complètement géré par les travailleurs, on offre la possibilité aux policiers de prendre le plein contrôle de ce qui reste de leurs retraites et d’agir selon leurs propres intérêts.

En effet, nous croyons au vieil adage qui dit que nous ne sommes jamais mieux servis que par soi-même.

Par cette nouvelle méthode de fonctionnement, la FPMQ assumera toutes les responsabilités inhérentes à la gestion d’un régime de retraite. Du côté des municipalités, elles seront simplement invitées à verser une somme récurrente et stable, à titre d’employeur. Nous venons ainsi répondre à leurs demandes principales, soit celles de la prévisibilité et de stabilité des cotisations.

Requête juridique

Parallèlement à cette démarche, la FPMQ s’adresse aux tribunaux dans l’espoir de faire déclarer inconstitutionnelle la Loi 15 sur les régimes de retraite. La requête vise également à en annuler les effets et demande une remise en état complète pour les travailleurs. Advenant une victoire devant les tribunaux, les policiers pourraient donc récupérer les sommes qui leur ont été volées par le gouvernement libéral. Rappelons qu’avec l’adoption de la Loi, les policiers peuvent perdre jusqu’à 200 000$ en bénéfice de retraite, uniquement pour le service passé, ainsi que des pertes récurrentes pouvant atteindre 10 000$ par année pour le service futur.

La requête déposée cible le Procureur général du Québec, mais met en cause le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et responsable de la mise en application de la Loi 15, Sam Hamad, de même que l’ensemble des municipalités, MRC ou régies de police où une fraternité membre de la FPMQ opère. 

Actualités

Les policiers inquiets d’un environnement juridique qui favorise de plus en plus le désengagement

30 mai 2018

Les trois plus grandes associations syndicales policières du Québec, soit l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ), la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM), ont réuni tous leurs représentants syndicaux aujourd’hui à Montréal dans le cadre d’un sommet syndical lors duquel ont été abordés plusieurs dossiers touchant la communauté policière.

Lire la suite

L'enjeu du respect du corridor de sécurité

24 avril 2018

Dans le cadre de leur travail, les policiers et les policières vivent parfois des situations dangereuses. Par exemple, quitter son véhicule pour donner une contravention ou offrir de l’assistance présente un risque important pour les agents de la paix.

Lire la suite

La cybercriminalité, un enjeu actuel

18 avril 2018

Les crimes commis sur le web guettent chacun d’entre-nous. Les transactions bancaires, l’envoi de courriel et la navigation sont toutes des activités où des fraudeurs malicieux sont susceptibles de commettre des délits. La prévention et la résolution de ces crimes représente un défi de tailles pour les agents de la paix partout dans le monde.

Lire la suite