Actualités Les élus de Mont-Tremblant ont perdus la confiance de leur population !

Publiée le 12 décembre 2019

LES ÉLUS DE MONT-TREMBLANT ONT PERDUS LA CONFIANCE DE LEUR POPULATION !

Montréal, 12 décembre 2019 – La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) est extrêmement déçue que les élus de Mont-Tremblant aient décidé d’aller de l’avant avec le transfert de leur desserte policière à la Sûreté du Québec. En prenant cette décision, le maire, Luc Brisebois, les conseillères, Mélanie Matte, Sylvie Vaillancourt et Roxanne Lacasse, les conseillers, Pierre Labonté, Joël Charbonneau, Danny Stewart, François Marcoux et Pascal de Bellefeuille, ainsi que les élus de Lac-Tremblant-Nord ont perdu toute leur légitimité de siéger à l’Hôtel-de-Ville au nom de leur population.

Les Tremblantois ont tenté par tous les moyens possibles de se faire entendre par leurs élus. Certaines personnes ont initié des pétitions afin d’appeler le Conseil municipal à ne pas aller de l’avant avec la destruction de leur corps de police de proximité, d’autres ont marché dans les rues pour montrer qu’ils soutenaient leurs policiers. Lors des deux consultations publiques bâclées, très peu des personnes présentes ont pu s’exprimer. Malgré cela, les citoyens qui ont pu s’exprimer étaient unanimement contre le transfert à la Sûreté du Québec ! À l’issue des consultations publiques, une chose était claire : il n’y avait pas d’acceptation sociale à l’abolition du Service de police de la Ville de Mont-Tremblant. Hier soir, la salle était pleine à craquer et les personnes présentes  ont exprimé très fortement leur mécontentement aux élus. Une demande était récurrente lors de la période de questions : un référendum ! La réponse des élus était aussi claire qu’évasive : il n’y aura pas de référendum.

La décision annoncée à la séance extraordinaire d’hier fait honte à la démocratie. Les élus de Mont-Tremblant ont pris une décision basée sur leurs jugements personnels en évacuant de l’équation la volonté des citoyens, ces mêmes citoyens qui les ont portés au pouvoir. Les commentaires des citoyens auraient dû être au sommet de la liste des éléments à considérer, alors qu’il nous paraît désormais évident que Mont-Tremblant souhaite abolir son service de police en espérant écraser un conflit de travail qui perdure.

En voulant l’abolition de son service de police municipal, les élus de Mont-Tremblant font preuve d’un manque de vision, d’une aversion aux faits, ainsi que d’un amateurisme qui n’annonce rien d’impressionnant pour la Ville de Mont-Tremblant dans les années à venir. Alors que les travaux sur le Livre vert sont en cours, les élus de Mont-Tremblant basent leur décision sur des coûts qui seront fort probablement appelés à changer à l’issue de ses travaux. En excusant leur décision derrière un « climat de travail difficile », les élus de Mont-Tremblant font fi des nombreux efforts de la Fraternité des policiers de la Ville de Mont-Tremblant de régler le conflit et des multiples demandes de rencontre passée sous silence. En réalité, il s’agit purement et simplement d’un geste antisyndical ! La Fédération trouve absolument irresponsable la prise d’une décision irréversible et tant importante sous des prétextes aussi mesquins.

CITATIONS

« À la séance extraordinaire d’hier, le maire de Mont-Tremblant Luc Brisebois, a parlé de son devoir et sa responsabilité en tant que maire. Mais au final, le devoir et les responsabilités de tout élu c’est de représenter sa population. Ici, on voit plutôt un maire et un conseil municipal entier qui fait fi de l’opinion publique en prenant la décision contraire à celle que réclament les citoyens. Monsieur le maire, vos citoyens vous ont demandé un référendum hier, ils veulent être entendus. À toutes les fois ou le mot référendum a été mentionné à la période de questions, l’ensemble des citoyens dans la salle ont applaudi. M. Brisebois, laissez vos citoyens voter » s'exclame François Lemay, Président de la Fédération des policiers et des policières municipaux du Québec. 

« Les élus de Mont-Tremblant n’écoutent pas, ni la population, ni les policiers. Depuis le début du processus, on a ignoré les pétitions, les interventions au conseil de ville et les manifestations des citoyens de Mont-Tremblant. On a même limité leur temps de parole pendant les consultations publiques ! La population voulait garder son service de police et on a plutôt décidé de l’abolir. Une chose était claire hier, si les élus de Mont-Tremblant ont aboli leur police communautaire c’est pour essayer d’écraser un conflit de travail avec les policiers. Mais au final, les policiers de Mont-Tremblant veulent régler ce conflit-là depuis longtemps. On a même proposé une offre clé en main à la Ville de Mont-Tremblant en novembre, mais personne ne nous a considérés, les élus ont décidé de ne pas traiter la proposition. Nous sommes extrêmement déçus de la décision du transfert à la SQ, mais on souhaite rassurer les citoyens qui étaient visiblement très inquiets hier, leurs policiers vont garder la tête haute, rester professionnels et continuer d’assurer leur sécurité » explique Serge-Alexandre Bouchard, président de la Fraternité des policiers de la Ville de Mont-Tremblant.

-30-

INFORMATIONS

Actualités

Le COVID-19 s’implante dans les relations de travail : Ce qu’il faut savoir !

16 mars 2020

En décembre dernier, nous avons été informés de l’éclosion d’un nouveau coronavirus. La maladie associée à ce virus a été baptisée COVID-19. La semaine dernière, le nombre de cas d’infection a franchi le seuil des 100.000. L’Organisation mondiale de la santé a exhorté tous les pays à prendre des mesures d’endiguement et de contrôle d’une manière énergique pour ralentir et même inverser la propagation de l’épidémie.Le 12 mars 2020, le gouvernement québécois de M. Legault prend de front la situation pandémique du COVID-19 en implantant certaines mesures et en appelant à la raisonnabilité des travailleurs et des employeurs. Bien que la réponse gouvernementale réponde à un besoin criant, il en demeure qu’au lendemain de la conférence de presse, plusieurs questions sont toujours sans réponse. Ainsi, il importe de faire la distinction entre une obligation et une demande du gouvernement. Rappelons d’abord ce qui a été décidé par le gouvernement de François Legault.

Lire la suite

Desserte policière à Mont-Tremblant : Le Maire Brisebois manque de respect à ses citoyens

6 mars 2020

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec dénonce l’attitude du Maire de Mont-Tremblant, Luc Brisebois envers ses citoyens. Soutenant que de fausses informations circulaient dans le dossier de l’abolition du service de police municipal à Mont-Tremblant, le Maire Brisebois a tenu à « rectifier les faits » la semaine dernière avec la publication d’un tract « informatif » et un passage radio qui reflétait bien sa méconnaissance du dossier. Aujourd’hui, une chose est plus claire que jamais : le Maire de Mont-Tremblant manque de respect à ses citoyens en ignorant délibérément leur mobilisation qui demande à ce qu’un référendum soit tenu sur le changement de leur desserte policière.

Lire la suite

Régie intermunicipale de police Roussillon : La FPMQ donne un ultimatum à la Ministre

12 février 2020

Vu l’évolution de la situation, la FPMQ se doit aujourd’hui de donner un ultimatum à la Ministre des Affaires municipales. Si une rencontre conjointe n’est pas conviée d’ici 15 jours, la Fédération prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des droits de ses travailleurs !

Lire la suite