Actualités Le gouvernement du Québec doit mieux financer les services policiers autochtones

Publiée le 3 octobre 2019

Rapport de la Commission Viens

 

LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC DOIT MIEUX FINANCER
LES SERVICES POLICIERS AUTOCHTONES

 

MONTRÉAL, 2 octobre 2019 – Après avoir pris connaissance du rapport de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec, la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) appuie la recommandation de mieux financer les services de police autochtones.

 

Pour la FPMQ, le gouvernement doit prendre acte de cette recommandation et agir rapidement. Depuis trop longtemps, les services policiers autochtones souffrent de mal financement, ce qui a des impacts directs les conditions de travail des policiers et policières et sur la capacité opérationnelle des services de police. À l’heure actuelle, le gouvernement prive les communautés autochtones de revenus nécessaire à l’établissement de programmes de formation, au renouvellement de l’équipement et des installations de leurs services policiers.

 

« Il est plus que temps que le gouvernement du Québec ainsi que le gouvernement fédéral financent adéquatement et de façon permanente les services policiers autochtones. Le Rapport Viens est clair : l’État québécois doit en faire plus pour les Premières Nations. En finançant mieux leurs services policiers, on leur donnera les moyens d’éviter que les tristes événements qui ont mené à la Commission ne se reproduisent », a déclaré François Lemay, président de la FPMQ.

 

À PROPOS DE LA FPMQ

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec a plusieurs objectifs qui visent le mieux-être de la population. Elle veille à ce que les corps policiers municipaux puissent offrir des services de qualité aux citoyens qu’ils sont chargés de protéger. Elle s’emploie au bien-être collectif et à la qualité de vie de ses membres, en maintenant l’honneur et le développement professionnel des policiers et policières municipaux du Québec. La FPMQ regroupe 32 associations syndicales locales représentant environ 5 000 policières et policiers municipaux répartis sur l’ensemble du territoire du Québec. La FPMQ représente les policiers membres de l’Association des policiers et policières Eeyou Eenou et de l’Association des policiers de Mashteuiatsh.

 

-30-

INFORMATIONS

Actualités

Régie intermunicipale de police Roussillon : La FPMQ donne un ultimatum à la Ministre

12 février 2020

Vu l’évolution de la situation, la FPMQ se doit aujourd’hui de donner un ultimatum à la Ministre des Affaires municipales. Si une rencontre conjointe n’est pas conviée d’ici 15 jours, la Fédération prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des droits de ses travailleurs !

Lire la suite

Transfert de la desserte policière : Les policiers de Mont-Tremblant poursuivent la Ville de Mont-Tremblant

7 janvier 2020

En réponse à la décision de la Ville de Mont-Tremblant de transférer sa desserte policière à la Sûreté du Québec afin d’écraser un conflit de travail avec ses policiers, la Fraternité des policiers de la Ville de Mont-Tremblant (FPMQ) se voit obligée de se tourner vers les tribunaux. La Fraternité a déposé deux recours au Tribunal administratif du travail (TAT) contre la Ville de Mont-Tremblant.

Lire la suite

Les élus de Mont-Tremblant ont perdus la confiance de leur population !

12 décembre 2019

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) est extrêmement déçue que les élus de Mont-Tremblant aient décidé d’aller de l’avant avec le transfert de leur desserte policière à la Sûreté du Québec. En prenant cette décision, le maire, Luc Brisebois, les conseillères, Mélanie Matte, Sylvie Vaillancourt et Roxanne Lacasse, les conseillers, Pierre Labonté, Joël Charbonneau, Danny Stewart, François Marcoux et Pascal de Bellefeuille, ainsi que les élus de Lac-Tremblant-Nord ont perdu toute leur légitimité de siéger à l’Hôtel-de-Ville au nom de leur population.

Lire la suite