Actualités La FPMQ sonne l’alarme : moins de 1% des policiers formés

Publiée le 6 septembre 2017

MONTRÉAL, le 6 septembre 2017 – La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) dénonce que seulement 80 policiers au Québec soient formés pour la détection du cannabis au volant, soit moins de 1%. En comparaison, il y a au moins 10 fois plus de techniciens pour l’alcool au volant.

« Cette situation est préoccupante quand on sait que les accidents de la route après la consommation de cannabis ont augmenté de 40% au Colorado après la légalisation. Il faut rapidement former de nouveaux policiers et acquérir l’équipement nécessaire », explique Robin Côté, président de la FPMQ.

La FPMQ est reconnaissante de la démarche de consultation publique entreprise par le gouvernement du Québec visant l’encadrement du cannabis en vue de sa légalisation. Cependant, elle déplore que les enjeux de sécurité publique y prennent aussi peu de place. Pour la FPMQ, il est primordial que des investissements majeurs soient faits afin de former plus de policiers à titre d’agents évaluateurs.

« Pour bien faire notre travail et assurer la sécurité sur les routes, il faudrait minimalement qu’un agent par patrouille soit formé pour détecter la conduite avec facultés affaiblies par le cannabis et intervenir. On est très loin du compte », poursuit M. Côté.

Concernant l’achat d’équipement, la FPMQ constate que le gouvernement est également bien loin du compte. « Il doit y avoir des annonces rapidement pour des subventions pour l’acquisition d’équipement dans les corps de police municipaux. Autrement, c’est simple, nous ne serons pas prêts au 1er juillet 2018 », met en garde M. Côté.

Enfin, durant l’ensemble du processus de consultation, la FPMQ se chargera d’aviser les gouvernements à propos de certains défis très réels que cette législation entrainera pour les policiers et les policières de première ligne. En plus du manque de ressources et de formation, elle souhaite soulever la question de l’absence de norme relative aux facultés affaiblies et les enjeux que posent la consommation de produits comestibles, la culture de cannabis à domicile, la possession et la distribution.

À propos de la FPMQ

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec est un regroupement d'associations syndicales composées d'environ 4 500 policiers et policières municipaux de la province. La FPMQ est associée avec la Fraternité des policiers et policières de Montréal qui représente 4 500 membres métropolitains.

Actualités

Les policiers inquiets d’un environnement juridique qui favorise de plus en plus le désengagement

30 mai 2018

Les trois plus grandes associations syndicales policières du Québec, soit l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ), la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM), ont réuni tous leurs représentants syndicaux aujourd’hui à Montréal dans le cadre d’un sommet syndical lors duquel ont été abordés plusieurs dossiers touchant la communauté policière.

Lire la suite

L'enjeu du respect du corridor de sécurité

24 avril 2018

Dans le cadre de leur travail, les policiers et les policières vivent parfois des situations dangereuses. Par exemple, quitter son véhicule pour donner une contravention ou offrir de l’assistance présente un risque important pour les agents de la paix.

Lire la suite

La cybercriminalité, un enjeu actuel

18 avril 2018

Les crimes commis sur le web guettent chacun d’entre-nous. Les transactions bancaires, l’envoi de courriel et la navigation sont toutes des activités où des fraudeurs malicieux sont susceptibles de commettre des délits. La prévention et la résolution de ces crimes représente un défi de tailles pour les agents de la paix partout dans le monde.

Lire la suite