Actualités La FPMQ demande une véritable réflexion sur les moyens de pression des policiers

Publiée le 28 avril 2017

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) demande au ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, d’entamer une véritable réflexion sur les moyens de pression des policiers.

« Les policiers municipaux n’ont pas accès aux moyens de pression des autres syndicats municipaux et il faut donc être vigilant lorsque l’on restreint notre liberté d’expression. À notre avis, le port de pantalon de type jean ou cargo n’entraîne pas de confusion pour la population tout en nous permettant de nous afficher. Il s’agit d’un moyen de pression qui a l’avantage de ne pas affecter le service à la population », explique le président de la FPMQ, Robin Côté.

« La fierté des policiers, c’est de servir nos concitoyens. Cette préoccupation est toujours la plus importante dans notre esprit lorsqu’il vient le temps de faire valoir notre point de vue », ajoute M. Côté.

Le ministre équilibriste

Les avocats de la FPMQ analysent en ce moment la conformité du projet de loi 133. Chose certaine, le ministre a de la difficulté à comprendre lui-même son projet de loi.

« Le ministre sait fort bien qu’il doit assurer aux policiers le respect de leurs droits fondamentaux en matière de liberté d’expression et de liberté d’association. En ce sens, la valse qu’il a opérée lors de son point de presse pour présenter son projet de loi démontre bien son improvisation dans ce dossier. À plusieurs reprises, il a été incapable de préciser si le port d’un brassard, par exemple, serait possible avant de se raviser et de laisser la porte ouverte à ce genre de moyen de pression », fait remarquer M. Côté.

« On nous a habitué à des commissions parlementaires spectacles et sans substance au cours des deux dernières années avec les projets de loi 3 et 110. Espérons que le ministre changera de refrain cette fois-ci », termine M. Côté.

À propos de la FPMQ

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec est un regroupement d'associations syndicales composées d'environ 4 500 policiers et policières municipaux de la province. La FPMQ est associée avec la Fraternité des policiers et policières de Montréal à titre de membre-associée qui représente 4 500 membres métropolitains.

Actualités

Les policiers inquiets d’un environnement juridique qui favorise de plus en plus le désengagement

30 mai 2018

Les trois plus grandes associations syndicales policières du Québec, soit l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ), la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM), ont réuni tous leurs représentants syndicaux aujourd’hui à Montréal dans le cadre d’un sommet syndical lors duquel ont été abordés plusieurs dossiers touchant la communauté policière.

Lire la suite

L'enjeu du respect du corridor de sécurité

24 avril 2018

Dans le cadre de leur travail, les policiers et les policières vivent parfois des situations dangereuses. Par exemple, quitter son véhicule pour donner une contravention ou offrir de l’assistance présente un risque important pour les agents de la paix.

Lire la suite

La cybercriminalité, un enjeu actuel

18 avril 2018

Les crimes commis sur le web guettent chacun d’entre-nous. Les transactions bancaires, l’envoi de courriel et la navigation sont toutes des activités où des fraudeurs malicieux sont susceptibles de commettre des délits. La prévention et la résolution de ces crimes représente un défi de tailles pour les agents de la paix partout dans le monde.

Lire la suite