Actualités 80% des citoyens de Mercier souhaitent un référendum sur la possibilité de créer un corps de police municipale local

Publiée le 2 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate

Création d’un corps de police municipale à la Ville de Mercier

80% des citoyens de Mercier souhaitent un référendum

sur la possibilité de créer un corps de police municipale local

MERCIER, le 2 avril 2015 – La Fraternité des policiers de Châteauguay, qui dessert actuellement la municipalité de Mercier, a présenté aujourd’hui un sondage de la firme Léger révélant que 80% des citoyens de la municipalité soutiennent la proposition de la Fraternité de tenir un référendum sur la création d’un corps de police municipale local.

Le président de la Fraternité des policiers, François Lemay, tend la main à l’administration municipale pour organiser un vote démocratique sur la question. « Avec ce sondage, on confirme que 80% des citoyens souhaitent que leur administration municipale tienne un référendum. Nous sommes certains que la Ville saisit la clarté de ce message et confirmera au cours des prochaines heures son intention de tenir un vote sur la question », affirme M. Lemay.

Du même souffle, M. Lemay rappelle que la mairesse de Mercier, Lise Michaud, s’était prononcée en faveur d’un référendum pour la création d’un service de pompier local à Mercier, avant d’être élue à la tête de la municipalité. « Nous demandons à Mme Michaud d’être conséquente avec ses déclarations passées et de ne pas appliquer une politique deux poids, deux mesures. Rappelons qu’elle s’est déjà prononcée pour une plus grande démocratie à la Ville de Mercier, particulièrement dans le dossier des pompiers. Nous lui demandons simplement de réitérer, aujourd’hui, les idéaux qu’elle défendait avant de se présenter à la mairie », demande M. Lemay. 

La sécurité et le contrôle des coûts

Toujours selon le sondage de la firme Léger, la Fraternité des policiers de Châteauguay apprend que 50% des citoyens de Mercier estiment que leur sécurité est clairement l’enjeu le plus important du débat. « Tout le monde s’entend dans le milieu policier pour dire qu’il est plus avisé de se rassembler, plutôt que de se diviser, pour créer des stratégies concertées de lutte contre le crime. Non seulement la proposition de Mercier va à l’encontre de ces grandes orientations, mais en plus, elle limitera clairement la capacité d’intervention des agents au quotidien en créant le plus petit poste de police au Québec », a ajouté M. Lemay.

La saine gestion des fonds publics arrive en deuxième position des priorités des citoyens de Mercier. D’ailleurs, les citoyens sont plutôt divisés sur cette question alors que 41% estiment que la municipalité ferait des économies en créant son propre corps de police municipale et que 43% estiment que cela lui coûterait, au contraire, plus cher. « Nous avons démontré, au cours des dernières semaines, que les estimations de la Ville sont incomplètes. En termes clairs, l’administration municipale de Mercier propose moins de service aux citoyens pour plus cher. Ça ne fait pas de sens », se désole M. Lemay.

La Fraternité des policiers de Châteauguay invite la population à visiter le www.mercierensecurite.com pour de plus amples renseignements sur le dossier.

Méthodologie du sondage

Au total, 500 répondants âgés de 18 ans et plus ont été interrogés les 26 et 27 mars 2015. Les données finales du sondage ont été pondérées à l’aide des données du recensement de 2011, selon l’âge et le sexe, de façon à garantir un échantillon représentatif de la population de Mercier. Avec un tel échantillon, la firme Léger évalue une marge d’erreur de plus ou moins 4,4%, et ce, 19 fois sur 20.

À propos de la Fraternité des policiers de Châteauguay

La Fraternité des policiers de Châteauguay regroupe 120 policiers et policières. Des membres desservent les municipalités de Châteauguay, Saint-Isidore, Mercier, Léry et Beauharnois.

-30-

 

Actualités

La FPMQ présente 6 préoccupations concernant sur l’encadrement du cannabis

8 septembre 2017

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) réclame des investissements majeurs afin de former plus de policiers à titre d’agents évaluateurs experts et expertes en reconnaissance de drogues et émet plusieurs préoccupations face la légalisation du cannabis.

Lire la suite

La FPMQ sonne l’alarme : moins de 1% des policiers formés

6 septembre 2017

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) dénonce que seulement 80 policiers au Québec soient formés pour la détection du cannabis au volant, soit moins de 1%. En comparaison, il y a au moins 10 fois plus d’agents évaluateurs pour l’alcool au volant. 

Lire la suite

La FPMQ souhaite le retrait du projet de loi et propose au ministre de revoir ses priorités

6 septembre 2017

La FPMQ demande au ministre de la Sécurité publique de retirer son projet de loi 133 sur le port de l’uniforme. Elle invite plutôt le ministre à entamer une véritable réflexion sur les enjeux de sécurité publique qui affectent réellement les citoyens.

Lire la suite